HPDe plus en plus connu du grand public, l'habitat participatif bénéficie d'une bonne image. Les projets sont généralement accueillis avec enthousiasme parce qu'ils apportent des réponses salutaires à bien des enjeux contemporains. Cependant, au-delà de cet enthousiasme, force est de constater que les projets ne se multiplient guère et que ceux qui existent peinent à trouver les (futurs) habitants qu'ils attendent.


Si un grand nombre de personnes trouvent ces projets très beaux, elles sont peu nombreuses à s'y engager. Les raisons sont multiples et parfaitement respectables mais certains arguments relèvent peut-être tout simplement du malentendu.


Alors, si comme bon nombre de personnes, vous vous posez des questions sur l'habitat en général et sur votre empreinte écologique en particulier, si vous connaissez l'habitat participatif mais pensez que c'est trop compliqué, trop cher, trop alternatif ou que les projets mettent trop de temps à aboutir, etc., venez en débattre le 16 novembre à 20h30 au centre social des Abeilles à Quimper. L'analyse de différents retours d'expérience nous montrera que l'habitat participatif ça marche et que ça vaut le coup.

Fondé sur l’intelligence collective, l’habitat participatif apporte de nombreuses réponses positives aux grands défis de notre époque. C’est sans doute pour cette raison que les projets se multiplient partout en France et particulièrement en Bretagne. Rien que dans le Finistère, on recense aujourd’hui au moins 8 projets en gestation et 3 aboutis. Ils sont encore plus nombreux en Ille et Vilaine, par exemple.

Généralement nés de la volonté d’un groupe de futurs habitants, ces projets sont tous différents et, de la copropriété à la coopérative de location, la gamme des statuts juridiques possibles est, elle aussi, très étendue. Tout dépend des attentes de chacun.

En ce qui nous concerne, bien que nous ne sachions pas encore quel sera le statut juridique de nos 16 futurs logements, nous voyons dans ce projet la perspective d’une vie plus intense et plus solidaire et d’une forte réduction de notre empreinte écologique. Notre partenariat avec un bailleur social nous permet de voir arriver avec sérénité et d’intégrer avec facilité des foyers aux revenus très différents, ce qui rend possible la mixité sociale et générationnelle que nous recherchons.

Un domaine où s’exerce l’intelligence collective

Les personnes qui se lancent dans un projet d’habitat participatif prennent le temps de réfléchir ensemble, mettent en commun des idées et des moyens pour inventer elles-mêmes leur futur cadre de vie. C’est d’une grande complexité car du projet architectural à l’organisation de la vie quotidienne, en passant par le financement et le statut juridique de la future propriété, elles sont amenées à explorer - à plusieurs - des domaines qui ne leur sont pas nécessairement familiers tels que le droit, la finance, l’urbanisme, l’architecture et… la dynamique de groupe.

01

02

Dans le but de promouvoir le développement de l’habitat participatif, l’association Ti Kellid vous donne rendez-vous chaque 2ème vendredi du mois à 18h à la crêperie Book'n Billig à Quimper.

Au programme de ces rencontres : échange d’informations et partage d’expériences.
Par exemple : La loi ALUR de mars 2014 redonne un statut aux coopératives d’habitants, mais qu’en est-il exactement ?

affichette rv hp b n b v1 60b23