La société Enedis (ex ERDF) filiale à 100 % d’EDF remplace actuellement (2015/2021) sur tout le territoire français (via des sous-traitants) nos compteurs ordinaires par des compteurs dit intelligents nommés « Linky », joli nom pour un petit boitier vert anis pétant, couleur marketing et « green-washing ». Mais...

Par la technique du CPL (Courant Porteur en Ligne) qui lui est associé, Linky peut entraîner pannes, disjonctions et incendies. Les assurances excluent généralement les dommages causés par les champs électromagnétiques. Chacun payera de sa poche. L’artisan ou l’architecte connaîtra quelques années de procès difficiles !

Ces radiofréquences CPL émises par intermittence 24h/24h sans interruption possible déclenchent ou aggravent les symptômes de l’électro-hypersensibilité. Elles sont classées classe 2B « potentiellement cancérigènes » depuis le 31 mai 2011 par le Centre International de Recherche sur le Cancer qui dépend de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Des concentrateurs sont répartis sur le territoire pour collecter les pétaoctets de données (dont la courbe de charge) et les réexpédier par réseaux GPRS nous soumettant collectivement à une nouvelle source d’ondes GSM (= téléphonie mobile). Le risque sanitaire est réel. La Sécurité Sociale supportera les effets sur la santé, sans que les responsables ne soient le moins du monde inquiétés. Devons-nous être tous prisonniers-cobayes ?

Le coeur du projet « Linky » est la transmission de la courbe de charge : relevés à intervalles réguliers de la consommation. Le but avoué par le président d’Enedis lui-même, Mr Monloubou, est de développer le Big Data, c'est-à-dire la méga machine à collecter, triturer, vendre toutes nos informations (« Les données issues de Linky pourront servir de levier d’innovation pour les start-up » dixit, « le bon équilibre sera trouvé entre l'ouverture des données à des acteurs tiers et la protection des données individuelles » résume Bernard Lassus, chef du projet Linky au sein d'ERDF) : la révolution smart grid (réseau « intelligent ») ! En clair Linky est avant tout un « mouchard ».

La CNIL (Commission National de l’Informatique et des Libertés) l’a rappelé : l’exploitation de ces données sans le consentement de l’usager préalablement est illégale. Cet accord fera-t-il partie des futures « conditions générales de vente », inévitable comme les cookies sur internet (ce qui est déjà gravissime) ?

Ce linky présenté comme gratuit (« non facturé » !) coûte 5 à 6 milliards d’euros. Nous le payons sans le savoir, donc sans râler, par le don de nos profils qui remontent jusqu’aux Data Centers gérés par EDF et la part TURPE (Tarif d’Utilisation des Réseaux Publiques d’Electricité) de notre facture. Linky est également financé par 6000 emplois de releveurs de compteurs supprimés (1 million € investis par emploi supprimé : ratio aberrant !) et la suppression de fraudes aux compteurs.

Des voleurs ordinaires sauront pirater les données de notre domicile. Des simples dysfonctionnements techniques à grande échelle aux attaques de hackers et cyber-terroristes, Linky favorise le big bug et fragilise la démocratie.

En parallèle, « des journalistes » nous vantent la voiture électrique « non polluante », les objets connectés, la domotique si pratique, la « 5G », etc. Un super-big-marché à consommer de l’électricité... (à dominante nucléaire en France) ... cherchez l’erreur.

Les économies d’énergie véritables se feront par la prise de conscience et un changement de comportement de chacun indépendamment de ce compteur...

Linky serait « indispensable » pour intégrer et gérer les ENR (énergies renouvelables) dans le réseau. Beau contre-exemple : l'Allemagne a annulé le déploiement des compteurs intelligents (sauf très grosses entreprises, usines).
Il permettrait une intervention à distance plus rapide sur les pannes... Sauf pour réparer le réseau aérien (tempêtes)... à moins d’investir plutôt dans l’enterrement des câbles. Si vous refusez le Linky, vous vous exposez à une coupure de courant et une amende.
Faux. Etc., etc. Il est impossible de développer ici toutes les questions que soulève Linky.

« Cette affaire semble synthétiser tous les travers de notre société : des "élites" européennes, nationales, industrielles, ont décidé arbitrairement d'entrer chez nous pour remplacer nos compteurs et nous soumettre à leurs intérêts industriels et financiers. L'expression de la dignité des citoyens passe par le refus net des compteurs communicants. » Stéphane Lhomme (Conseiller municipal de Saint-Macaire).

Linky rappelle aux habitants et constructeurs que pour une maison confortable, saine pour soi et l’environnement, l’électricité doit faire partie de la réflexion avec la bioclimatisation et la bioressource : câbles ou gaines blindées, réseau filaire direct (ni wifi, ni CPL), etc., prévoir les bonnes mises à la terre, et se méfier d’une domotique qui participerait du grand bain d’ondes ou qui alimenterait le Big Data !

La responsabilité de tous les acteurs du bâtiment est énorme. Le choix des conceptions et matériaux engage de façon certaine le choix de la société et de la planète où nous voulons vivre ! (Un big commerce archi-connecté -ressources pillées, dénaturées, polluées... ou pas ?)

Refusez Linky avant d’en être captif ! De nombreux sites donnent gratuitement des modèles de courriers à envoyer en AR à Enédis, en copie au sous-traitant et à la mairie (juste retour des connexions !). Encourager votre Conseil Municipal à voter une délibération refusant le déclassement et l’élimination des compteurs existants (qui leur appartiennent), et le déploiement de Linky dans les bâtiments publics, les habitats collectifs (et individuels). Des modèles sont aussi sur internet. Au 18 septembre 2017, 407 communes ont délibérément refusé Linky. Vous pouvez aussi rejoindre diverses associations créées. Informez-vous ! Exemples de sites à visiter :
www.artemisia-layers.com www.robindestoits.org www.refus.linky.gazpar.free.fr www.next-up.org (et www.enedis.fr ou www.cre.fr). Et petit livre sexy linky, édition l’âge de faire...

Florence Boinet, adhérente d’APPROCHE-Ecohabitat