En attendant...

La campagne présidentielle s’achève et démarre celle des législatives. Mais, pour faire court, encore deux conceptions continueront de s’opposer. La première, d’essence libérale, vise à remettre la France au travail. Place au mérite et à l’effort. La seconde, d’essence plus sociale, s’inquiète de l’effritement de la classe moyenne et de la paupérisation des français. Place au partage et à la solidarité.

Pourtant, à y regarder de plus près, les enjeux ne sont‐ils pas ailleurs ? Inconsciemment, ne pensent-ils pas, de la même façon, que la France ne peut (re)décoller que par la croissance, seul moyen de relancer la consommation et les emplois. C’est trop tirer sur la corde !

Toutes leurs propositions devraient être imprégnées d’une dimension écologique. Au lieu de cela, cette dernière ne se retrouve que dans un seul chapitre de leur utopique programme. Quelle erreur !

La croissance économique ne peut être maintenue éternellement car elle s’appuie essentiellement sur une ressource non renouvelable, bientôt épuisée. Et produire plus, c’est polluer plus.

La croissance démographique lamine nos terres agricoles et accroît la dépendance future au besoin d’engrais à hauts rendements et d’OGM pour nous nourrir. Nos sols, nos ruisseaux, nos mers et notre climat n’en peuvent plus. Indirectement aussi, elle enlaidi les paysages.

Par conséquence, l’habitat s’est vu progressivement dépossédé de l’initiative de ses propres habitants au profit des trusts promoteurs, où les plans d’urbanisme et les calculs de résistance des matériaux ont pris le pas sur le bon sens, la beauté et la créativité.

Tout cela n’est pas durable... trop facilement laissé entre toutes les mains d’un secteur éminemment spécialisé et contrôlé par la puissance privée et l’impuissance publique.

La société de demain se devra de mettre au centre l’Homme et la Planète et non l’économie libérale ou sociale. Il ne devrait plus être toléré de vivre à crédit (financier et écologique) avec toutes les incertitudes de remboursement. En effet, nombreux s’accordent à admettre que depuis le début de la crise, aucune mesure sérieuse n’a été mise en place, et un nouveau chao menace toujours...

Réduisons notre consommation, nos déchets, vivons à une échelle plus locale et plus humaine, prenons le temps pour notre épanouissement personnel au lieu de courir après l’argent, les biens et le temps (ressource non renouvelable avec laquelle je trouve difficilement un terrain d’entente).

Agissons !

Olivier Cloarec
Co-président de l’association APPROCHE-Ecohabitat

Actualités

J'ADHERE A L'ASSOCIATION !

Après l'enthousiasme des années précédentes, il est important de préserver ce dynamisme et de continuer sur notre lancée. Cela ne se fera pas sans vous et nous vous remercions d'avance pour votre engagement et votre confiance!

J'adhère ou je renouvelle mon adhésion sur HELLOASSO

J'adhère ou je renouvelle mon adhésion par courrier